Le sondage de l’association « NON à la fusion du Grand Fribourg » auprès des 641 candidat-e-s aux élections communales de mars 2021 est sans appel : 4 communes sur 8 refusent une annexion de leur commune par la ville de Fribourg.

Même si une courte majorité (53.7%) des 123 participant-e-s au sondage (19.19% de taux de réponses) est favorable à la fusion du Grand Fribourg telle que proposée par l’Assemblée Constitutive, ce taux bascule à 67.1% d’avis défavorables si l’on retire les réponses des candidats de la ville de Fribourg.

Derrière le score soviétique de la ville de Fribourg (95.7% de oui), Belfaux (à 4 contre 1), Marly (à 3 contre 1) et Corminboeuf (1 réponse positive, 1 sans avis) disent oui à la fusion. C’est un non clair à Givisiez (66.7%), à Avry (70%), à Villars-sur-Glâne (79.5%) et à Matran (80%). A noter que 10 des 12 candidat-e-s de Corminboeuf et 8 (sur 9) de Granges-Paccot n’ont souhaité répondre au sondage prétextant, entre autres, que « le projet, en l’état, ne permet pas de se faire une opinion définitive ».

L’association NON à la fusion du Grand Fribourg estime qu’il est naïf de croire qu’un projet différent que celui proposé par l’assemblée constitutive du Grand Fribourg sera élaboré d’ici au vote consultatif de septembre. Il semblerait qu’une partie des candidat-e-s aux communales ne font pas la différence entre le concept de fusion de l’assemblée soumis au vote consultatif et la convention de fusion définitive qui sera soumise au vote définitif en 2022 seulement.

Autre question dont le résultat change du tout au tout : au sujet de l’éventuelle surreprésentativité de la ville de Fribourg : 57.7% des sondés estiment que non. L’on passe à 57.9% d’avis contraires, si les réponses de Fribourg sont enlevées.

Concernant les 4 autres questions posées lors du sondage, la majorité des sondés (58.5%) est favorable à l’adoption de l’allemand comme 2ème langue officielle. Elle estime cependant à 57.7% que les montants prévus par l’Assemblée Constitutive sont insuffisants.

79.7% des sondés sont favorables à la publication complète de l’estimation du taux d’impôt effectuée par la fiduciaire, en toute transparence. Enfin 82.1% d’entre eux estiment que le matériel du vote consultatif du 26 septembre ainsi que le Journal de la fusion doivent contenir l’avis des opposants à la fusion.

L’association Non à la fusion du Grand-Fribourg déplore finalement que Fusion21 – association qui se veut politiquement neutre -, encourage, à la suite de son sondage : « la population des 9 communes concernées par cette fusion à voter pour des candidat-e-s clairement engagé-e-s pour la fusion du Grand Fribourg. ». Supposant ainsi que seuls les pro- fusions sont à même de gérer une commune.

Conclusion : NON à la fusion du Grand Fribourg, à la lecture des résultats obtenus, est d’avis que c’est le tout dernier moment de revoir le concept de fusion du Grand Fribourg en profondeur. Si le Copil, soutenu par la ville de Fribourg, décide de maintenir le projet actuel, le vote consultatif sera catastrophique et surtout la fusion du Grand Fribourg ne se fera pas, tout du moins sous cette forme.

Le résumé des réponses ainsi que le détail des nombreux commentaires peuvent être consultés sur notre site : https://grandfribourg-non.ch/resultat-sondage/.

Pour rappel les membres de l’association NON à la fusion du Grand Fribourg invitent toutes celles et ceux qui s’opposent au projet de fusion de Grand Fribourg tel que présenté actuellement à les rejoindre en devenant également membres de leur association en s’inscrivant sur le site : www.grandfribourg-non.ch ou par courriel à : info@grandfribourg- non.ch.